J'aime les livres et j'en suis fière 2

24 septembre 2011

Le pays des grottes sacrées - Jean M. Auel

7677110044_le-pays-des-grottes-sacrees

Les Enfants de la Terre, Tome 6

♡♡♡♡

La petite orpheline Cro-Magnon recueillie par une tribu Neandertal a fait bien du chemin depuis Le Clan de l'Ours des Cavernes, le premier tome de ses aventures publié il y a maintenant trente ans. Ayla vient de mettre au monde une petite fille prénommée Jonayla, et a été peu à peu adoptée par les membres de la Neuvième Caverne, le clan de son compagnon Jondalar. A tel point que la Zelandoni, guérisseuse et chef spirituel de la Neuvième Caverne, la choisit pour lui succéder un jour. Pour parvenir à cette fonction, Ayla suit pendant plusieurs mois la grande prêtresse. Son initiation passe notamment par la visite des nombreuses grottes ornées de la région, l'occasion pour l'apprentie Zelandoni de découvrir des sites magnifiquement décorés, dont elle apprend à comprendre le sens. Cette formation, jalonnée de rites de passage, n'a rien d'une promenade de santé, et Ayla devra franchir bien des obstacles avant de devenir Zelandoni. Saura-t-elle trouver un équilibre entre ses obligations de jeune mère et d'épouse et les exigences de son apprentissage ? L'amour de Jondalar et d'Ayla résistera-t-il à tant d'épreuves ?

Mon avis

Le final, 9 ans après! Un sacré pavé, que j'ai mis un mois et demi à lire... mais comme tous les pavés de Jean M. Auel, ça en valait la peine!
Toujours très intéressant d'un point de vue culture générale, pour qui s'intéresse à la préhistoire, à nos lointains ancêtres, leurs outils, leur art, leur façon de vivre. Nous ne pouvons avoir aucune certitude quant à ce qu'il se passait dans la vie des Hommes il y a plus de 35000 ans, mais je trouve que Jean M. Auel en a une vision tout à fait réaliste et vraisemblable, basée sur une documentation qui a de toute évidence demandé un travail titanesque, une passion de toute une vie.
Des souvenirs qui me restent des cinq précédents tomes de la saga des Enfants de la Terre, les aventures d'Ayla étaient palpitantes, à couper le souffle. Dans ce dernier tome, la première moitié (plus de 300 pages tout de même...) m'a fait un peu peur : je n'y ai rien trouvé de bien palpitant, c'est très, très descriptif, parfois trop, redondant aussi, ça m'a plus fait penser à une biographie exhaustive qu'à un roman. Heureusement, la seconde partie rattrape tout ça, j'ai enfin retrouvé la fantastique Ayla, accompagnée de Jondalar, Jonayla et de ses animaux, et sa vie toute en rebondissements. Eh oui, c'était il y a 35000 ans mais il n'empêche qu'il devait s'en passer des choses, dans la vie de nos ancêtres, et ils n'en étaient pas moins humains, avec les mêmes sentiments que nous pouvons ressentir, et les mêmes problèmes, à des degrés différents, bien sûr.
En bref, un final à la hauteur de cette fantastique saga dans laquelle tout le monde devrait se plonger un jour.

Élégamment rédigé par Sunny Suny à 13:56 - Roman historique - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

    C'est vrai que le final est grandiose. Il donne du sens à toute la saga. Une bonne fin je trouve pour cette vaste épopée. Sauf que c'est dur de dire au revoir à Jondalar, nan ? Parce que perso il reste mon premier fantasme littéraire. (Oui, je fantasme sur des personnages de bouquins. Pas toujours très équilibrée la fille)
    Quant à la première partie du bouquin j'ai effectivement trouvé la redondance des descriptions assez insupportable. (Trop de visites de grotte tuent la visite de grotte).

    Posté par AlterVorace, 24 septembre 2011 à 20:08
  • T'en fais pas, il m'arrive souvent de tomber amoureuse d'un personnage. L'homme de ma vie s'appelle Cellendhyll et voyage entre plusieurs plans d'existence. Tu vois, même quand l'espoir n'est plus là, il y a toujours pire que soi.

    Posté par Suny, 24 septembre 2011 à 20:22
  • Cellendhyll ? Je connais pas. Rhoooooo... Je sens que tu vas me faire découvrir des bouquins toi !

    Posté par AlterVorace, 24 septembre 2011 à 20:22
  • Après faut aimer la fantasy. Avant ça, je ne lisais pas de fantasy. Cellendhyll m'a fait changer d'avis. Regarde le post du 22!

    Posté par Suny, 24 septembre 2011 à 20:29
  • @ Suny : je vais aller voir ça. Merci !

    Posté par AlterVorace, 24 septembre 2011 à 20:43
  • Grottes de biques

    Dommage que l'auteur(e) et surtout son éditeur se gargarise des critiques élogieuses de préhistoriens.
    Cette histoire, très prenante malgré ses défauts, semble fort loin du comportement des hommes (et femmes) actuels considérés comme vivant à l'âge de pierre. La signification des grottes ornées parait très mal comprise. Heureusement, le personnage d'Ayla reste intelligent; ses réflexions en aparté sont en avance sur son temps et dignes d'un philosophe plus que d'un simple chaman.
    Jonayla - hélas - manque singulièrement de personnalité, comme un élément du décor.

    Dommage aussi que JM Auel, qui connait assez bien les usages médicaux des plantes Américaines, ne se soit pas avisée qu'une partie de celles qu'elle décrit (j'en répertorie 18 erronées ) ne poussaient pas en Europe (ou en France) voici 30 000 ans ! Par exemple, dans "Les refuges de pierre" elle décrivait la rhubarbe, et la nomme dans le dernier tome.
    Lorsque la Première se rend au "self-service" et reçoit une tranche de mammouth, c'est un peu bébête de sa part de ne pas en reconnaitre la nature !
    Heureusement qu'Ayla relève le niveau...

    Posté par JLB29P, 28 septembre 2011 à 15:46
  • C'est vrai que vu le tapage autour de sa naissance, ça aurait été bien que Jonayla prenne une place plus importante dans l'histoire! Mais bon, ça sera peut-être l'occasion d'une seconde saga :p
    Après, pour les aspects plus scientifiques, je ne suis pas assez calée pour dire si tout est vrai ou non. Ça reste de la fiction, quelques libertés me semblent de bonne guerre, si ça peut l'arranger...
    Pour ce qui est des aspects culturels et spirituels, qui peut savoir précisément comment ça se passait à l'époque? Personnellement j'ai trouvé son interprétation plutôt vraisemblable.
    Et je suis bien d'accord pour Ayla. C'est pas pour rien qu'elle est l'héroïne de l'histoire ^^

    Posté par Suny, 28 septembre 2011 à 19:40
  • Le problème de madame Auel c'est que les données sur la préhistoire ont beaucoup fluctué ces 30 dernières années et rappelons que la plupart des choix de madame Auel datent du premier tome de la saga donc 1980. Et le plus gros de ses interprétations rejoignent souvent l'opinion des scientifiques...des années 80. je pense sincèrement que ceci explique cela. Même si pour moi ce tome ferme plutôt bien les aventures d'Ayla il reste le plus faible de tous les opus de ces dernières.
    Et puis un roman reste un roman.

    Posté par AlterVorace, 28 septembre 2011 à 20:43
  • fiction et libertés

    d'accord, un écrivain raconte ce qu'il veut.
    Mais lorsqu'on prétend aux éloges des scientifiques, on ne peut dire n'importe quoi. JM Auel prenait un risque en croisant les Néandertaliens et les hommes modernes; mais même si elle a tort (ce qui n'est pas prouvé, bien au contraire), elle en a le droit à partir du moment où son histoire se tient. Elle part d'une idée et en tire (fort bien) les conséquences.

    Lorsque Ayla dépose une gerbe de fleurs dans la tombe d'Isa, c'est une belle idée de l'auteur, mais c'est aussi une preuve de la qualité de sa documentation (elle adapte la découverte de restes de plantes dans un tombeau)
    "Une sépulture de Shanidar (-50 000 ans Kurdistan irakien)renfermait le squelette d’un néandertalien inhumé sur un lit de plantes fleuries...
    Pour Arl. LEROI-GOUGHAN le choix de ces espèces précises, l’organisation de leur cueillette implique l’existence d’un langage."
    http://www.hominides.com/html/dossiers/sepulture-tombe-prehistoire.html

    Une partie de ses interprétations me semble aussi acceptable (les inhumations en général), mais "l'art pour l'art" et la notion de "métier" ne semblent pas en rapport avec le type de vie tribale décrit. Par contre, ses idées bien que peu vraisemblables concernant le matriarcat peuvent être considérées comme un choix et les comportements qui en découlent sont réalistes.

    Je lui tire particulièrement mon chapeau pour les scènes de chasse, car JM Auel avoue dans une interview n'avoir jamais chassé !

    Posté par JLB29P, 28 septembre 2011 à 20:55
  • Effectivement l'art pour l'art ne me semble pas pertinent non plus. Mais il me semble que Auel y a associé une dimension sacrée dans son bouquin, non? (ou alors j'ai mal compris et je suis trop partie en diagonale... ^^).
    Par contre la notion de métier, du moins de partage des tâches et de spécialisation en fonction des talents, pourquoi pas?

    L'explication de la Vorace me semble juste : en 30 ans il y a eu un paquet de changements et de revirements de situation dans le domaine! Auel ne peut pas retourner sa veste comme ça, faut bien rester cohérent avec ce qu'on écrit, quitte à ne plus l'être avec la réalité...

    Bref, les p'tits débats comme ça, ça me plait bien, tiens :p

    Posté par Suny, 29 septembre 2011 à 09:11

Poster un commentaire