J'aime les livres et j'en suis fière 2

22 septembre 2011

Guerrier des Lunes - Michel Robert

couverture-25077-robert-michel-l-agent-des-ombres-6-guerrier-des-lunes♡♡♡♡♡

Cellendhyll de Cortavar, l'Agent des Ombres, tourne comme un fauve en cage dans la citadelle du Chaos après la trahison d'Estrée d'Eodh, son amante.
Piégée par sa pire ennemie, la baronne Melfynn, il est accusé à tort d'avoir agressé une jeune femme et se retrouve châtiée par Ellvanthyell, l'archimage du Chaos, qui lui inflige une terrible correction.
C'en est trop pour lui. Il brise l'allégeance qui le liait à Morion, son maître, et s'échappe. Pourchassé par les sbires de Morion, il décide de se réfugier au sein de la cour de Priam, l'Empereur de Lumière, et en profite pour renouer avec la belle Constance de Winter, agent secret de l'Empereur, qui ne le laisse pas insensible.
L'hospitalité de Priam est tout aussi surprenante qu'agréable, et l'Empereur ne cache pas qu'il aimerait faire de l'Adhan son chevalier-lige. Mais le repos de Cellendhyll ne sera que de courte durée. Il ne tarde pas à se faire de nouveaux ennemis du côté des seigneurs de Lumière. Pire encore, un tueur aussi insaisissable que mystérieux décime les colons de la Terre du Nord, tandis que les féroces tribus pictes se soulèvent...

Mon avis

Je me souviens des toutes premières pages du tout premier tome, l'Ange du Chaos. J'y comprenais rien, j'avais du mal à m'insérer dans l'histoire, je me suis dit bon sang, encore un de ces trucs de fantasy compréhensibles que par les geeks. Et puis, très rapidement, au fil des pages, j'ai fait connaissance avec Cellendhyll, le héros du cycle, un personnage à la fois antipathique et charismatique, auquel je n'ai eu aucun mal à m'attacher. Et puis avec d'autres personnages, beaucoup de détestables et quelques uns auxquels on s'attache aussi, puis avec un monde très complexe mais construit et décrit avec une précision effarante.
Ce monde se décompose en fait en trois mondes, ou plutôt en plans : la lumière, le chaos et les ténèbres, chacun régi par ses propres lois et tous ennemis les uns des autres. Dit comme ça, on se dit : facile, la lumière c'est les gentils, les ténèbres les méchants et le chaos c'est le bordel au milieu, c'est du vu, revu et déjà vu. Hé ben non! Il y a des méchants partout, et les Lumineux sont pas les derniers à faire des coups vaches...
Dans tout ce bazar, Cellendhyll, qui se promettait à un avenir lumineux, est trahi par les siens et recueilli par le Chaos pour intégrer la très secrète équipe des Agents des Ombres, guerriers discrets mais redoutables.
Et c'est un pur régal. L'imagination et la plume de cet auteur sont un plaisir pour l'œil comme pour les neurones, mais aussi pour les tripes. C'est violent, il y a du sexe, ouais, la recette des ventes faciles, mais au delà de ça il y a la complexité des personnages et des liens entre eux, des scènes tellement précises qu'on se croirait dans un film alors qu'il n'y passe pas trois pages... Bref, il y a le truc qui en fait pour moi un inoubliable (et une série que je relirai très certainement).

Venons-en à Guerrier des Lunes, le tome 6 de la série.

Depuis le temps que je l'attendais, ce sixième tome qui amorce la seconde saison du cycle de l'Agent des Ombres ! Eh bien, je ne suis pas déçue : Cellendhyll est toujours égal à lui-même, bien sûr, pour mon plus grand plaisir. Et, pour plus de plaisir encore, on découvre enfin l'Empire de la Lumière plus en profondeur, notamment le fameux et mystérieux Priam, de nouvelles contrées, de nouveaux personnages et, évidemment, de nouveaux ennemis !

Plus encore que dans les précédents tomes, on va de combat en aventure à un rythme effréné, on vogue dans cet univers savamment construit par Michel Robert sans en perdre une seule miette, on slalome entre les coups durs, les coups bas, les coups de dague et les coups de boule à en perdre haleine, tout est tellement bien décrit qu'on entend presque la douce symphonie des lames qui s'entrechoquent et des nez qui se brisent et on voit l'Ange, en digne chef d'orchestre, effectuer avec grâce (et sauvagerie) sa danse meurtrière... Le tout saupoudré, toujours, de cette petite pointe d'humour noir caractéristique de l'auteur et de quelques clins d'œil amusants.

Et enfin, un final qui promet un septième tome explosif. En bref, que du bonheur !

Chapeau bas également pour la couverture, tout simplement sublime.

Élégamment rédigé par Sunny Suny à 20:19 - Fantasy - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

    Bon ben dés que j'ai un peu de sous, hop, je tenterais le premier tome... Parce que franchement ça me donne envie !

    Posté par AlterVorace, 24 septembre 2011 à 20:46
  • Héhé Les 5 premiers tomes sont dispo en poche ^^

    Posté par Suny, 24 septembre 2011 à 21:20

Poster un commentaire